comment-faire-baisser-lacide-urique-naturellement

Comment faire baisser son taux d’acide urique naturellement ?

Ceux qui sont prédisposés à la goutte ou en souffrent se demandent forcément comment faire baisser naturellement le taux d’acide urique dans le sang.

Mon Parrain Santé est là pour répondre à ce genre de questions, sources à l’appui ! Plus précisément, nous allons vous présenter les choix alimentaires les plus adaptés et les aliments à éviter.

Attention : ces indications ne doivent pas vous dispenser de consulter un spécialiste en cas de doute !

Le moyen principal de faire baisser naturellement son taux d’acide urique, c’est de réduire au maximum la purine de votre régime alimentaire. En effet, c’est cette molécule qui, une fois décomposée, libère l’acide urique “polluant” le sang. Ainsi, la plupart des viandes et des poissons (surtout gras), les champignons ou encore le chou-fleur sont à éviter. Dans un autre registre, l’alcool est déconseillé, et l’apport quotidien en sucre mérite d’être limité.

Approfondissons maintenant la question. Vous allez découvrir quelques astuces pour manger sans risquer de provoquer des problèmes comme la goutte, ou de les voir s’aggraver.

Nous ne pouvons vous garantir un succès absolu, mais les scientifiques ont posé quelques jalons et il serait dommage de ne pas en tenir compte !

Le taux d’acide urique… c’est quoi, exactement ?

Des déchets circulent en permanence dans notre sang. Cela peut paraître dégoûtant, ou dangereux, mais il faut faire confiance aux innombrables systèmes de régulation régissant notre machine anatomique, pour que tout soit évacué rapidement et efficacement… la plupart du temps, en tout cas.

Dans certaines circonstances et pour des raisons aussi variées que l’âge ou l’héritage génétique, le “traitement” des déchets est compromis.

L’acide urique fait justement partie de ces résidus, de ces cellules mortes qui, présentes en trop grandes quantités, peuvent par exemple provoquer des problèmes articulaires. On appelle cette situation d’excédent : l’hyperuricémie.

Un taux élevé d’acide urique dans le sang peut aussi être le signe d’une insuffisance rénale.

Un patient atteint de goutte doit suivre un régime alimentaire adapté, qui lui permettra de réguler au mieux son taux. Souvent, il se lancera dans un traitement parce que les souffrances deviennent trop intenses.

Découvrons, entre autres, ce que les experts peuvent lui conseiller.

Quelques conseils pour faire baisser le taux d’acide urique naturellement :

1. Éviter au mieux les aliments riches en purines

Les spécialistes recommandent d’adopter un régime faible en purines pour prévenir la goutte ou endiguer ses effets. Cette étude, par exemple, recommande d’en baisser les apports. Vous noterez que l’idée n’est pas d’éliminer absolument ce nutriment.

Parmi les denrées dont la teneur en purines oscille entre le nul et le faible, on compte :

  • Les œufs
  • Le café
  • Les pommes de terre
  • Certains fruits et légumes (dont il faut vérifier les indices nutritionnels)
  • Les produits laitiers pauvres en graisses

N’hésitez pas à faire superviser vos menus par un professionnel.

Pour rappel, si les purines n’ont rien de dangereux en elles-mêmes, c’est leur décomposition qui libère l’acide urique dans le sang.

2. Ne pas boire trop d’alcool

Pour limiter le taux d’acide urique qui circule le long de vos veines, il ne faut pas forcément s’interdire l’alcool, mais en surveiller la consommation… encore plus que d’habitude !

Plusieurs études, comme celle-ci, ont mené les chercheurs à conclure que les boissons alcoolisées pouvaient catalyser les problèmes causant la goutte, dont le regrettable excès d’acide urique.

Les amateurs de bière seront sûrement chagrinés d’apprendre, à ce sujet, qu’elle est particulièrement riche en purines

Préférez la meilleure boisson pour votre corps : l’eau ! Buvez suffisamment pour permettre une bonne évacuation de l’acide urique.

3. Limiter le sucre

Ce qu’on qualifie trivialement de “mauvais sucre”, comme le sucre de table brut ou le sirop de maïs utilisé dans la confection de nombreuses confiseries, exerce une influence négative sur le taux d’acide urique (source). 

Cela ne concerne dès lors pas les fruits, qui sont réputés pour leur teneur en “bons” sucres. On notera que la communauté scientifique a souvent identifié une corrélation entre le diabète et la goutte.

Comme l’explique le rédacteur de cet article, les deux maladies restent différentes. Elles peuvent, et heureusement pour nous, ne pas survenir au même moment.

Mais souffrir de diabète peut rendre les afflictions liées à l’excès d’acide urique plus probable, eu égard à un dysfonctionnement dans la “gestion” du sucre.

De même, avoir la goutte peut perturber la gestion du sucre dans le sang… et par truchement occasionner des problèmes de diabète.

4. Surveiller son poids

Oui, c’est plus facile à dire qu’à faire… mais perdre du poids peut aider à prévenir la goutte, ou à lutter contre cette maladie (source).

Apparemment, les tissus adipeux formés chez les personnes atteintes d’obésité favorisent la production d’acide urique.

Il peut s’avérer complexe d’établir une stratégie diététique qui tienne à la fois compte des contre-indications en cas de goutte et d’un objectif minceur. C’est pourquoi il est important de suivre un régime adapté et organisé par un diététicien ou un médecin.

5. Ne pas (trop) stresser

Zen, restons zen… On ne connaît pas le taux d’acide urique circulant dans le sang de Zazie, mais si elle a adopté l’attitude prônée par son fameux tube, il devrait être assez bas !

En effet, le stress peut être un facteur important dans le développement de la goutte.

Le lien se trouve à vrai dire dans les conséquences “inflammatoires” d’une vie trop stressante. L’inflammation est un facteur connu chez les patients souffrant d’un trop haut taux d’acide urique.

Dès lors, n’hésitez pas à respirer un peu ; laissez à vos reins le temps de faire correctement leur travail.

Comment faire baisser naturellement son taux d’acide urique ? Notre bilan

Rappelons donc nos conseils pour faire baisser naturellement votre taux d’acide urique :

  1. Éviter au mieux les aliments riches en purines
  2. Ne pas boire trop d’alcool
  3. Limiter le sucre
  4. Surveiller son poids
  5. Ne pas (trop) stresser

Bien sûr, il s’agit de conseils très généraux. Ils ne peuvent pas toujours être appliqués à la lettre et certains parviendront mieux à suivre la feuille de route que d’autres.

Aussi, dans tous les cas, il est important de consulter un médecin pour faire régulièrement le point sur vos problèmes d’hyperuricémie.

L’important, c’est de prendre le plus de résolutions possible dans l’objectif de limiter les effets délétères de la goutte.

Aucune des recommandations que nous vous avons données ne sont des “remèdes” en soi, mais, mis bout à bout, ils peuvent contribuer à une vraie amélioration !

✅ Mon parrain santé n’utilise que des sources de la plus haute qualité. Les informations contenues dans nos articles proviennent de publications qui ont été revues médicalement par des professionnelles de santé. En plus de vérifier les faits, nous veillons à ce que le contenu soit exact, fiable et digne de confiance.

Vous aimez notre contenu ? Recevez notre newsletter :

Tenez-vous informés ! Nous nous ferons un plaisir d’alimenter votre boîte mail de conseils sur la santé et le bien-être, fondés sur la recherche scientifique.

Votre vie privée est importante pour nous. Vos informations ne seront jamais partagées ni vendues à des tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *