endive-et-acide-urique

L’endive peut-elle influencer le taux d’acide urique ?

Vous aimez manger de l’endive… mais vous craignez qu’elle ne soit pas compatible avec le maintien d’un taux d’acide urique stable ? Chez Mon Parrain Santé, nous nous faisons un point d’honneur à répondre aux questions les plus précises… et c’est pourquoi il nous a tendus à cœur de faire des recherches à ce sujet !

Ainsi, vous saurez si en cas de prédisposition à la goutte il reste possible de manger ce légume certes amer, mais apprécié de plusieurs Français.

Les scientifiques n’ont pas fait du lien entre l’endive et l’acide urique leur sujet de prédilection, mais le sujet a déjà été étudié et les résultats sont encourageants pour ceux qui affectionnent ce légume tout en souffrant malheureusement de la goutte. En effet, des expériences ont révélé l’effet régulateur que l’extrait d’endive exerce sur l’hyperuricémie. Sur un plan moins technique, la teneur en fibres de ce légume peut s’avérer bénéfique.

À travers cet article, nous allons mettre en lumière les liens complexes entre l’endive et l’acide urique en faisant tout pour les rendre accessibles et clairs.

Ainsi, vous serez sans doute rassuré sur la possibilité d’intégrer cette denrée à vos repas malgré des problèmes de goutte.

L’acide urique, c’est quoi ?

Le terme « acide urique » se rapporte à des cellules mortes, dont le corps sait généralement se débarrasser. Dans quelques rares cas, les déchets vont s’accumuler anormalement : c’est ce qu’on appelle l’hyperuricémie (source).

Les conséquences potentielles sur la santé ne sont pas négligeables, puisqu’un tel excès mène parfois à une affliction nommée la goutte, une « variante » de l’arthrite.

Pour éviter que les résidus ne continuent à s’accumuler dans le sang, il faut absolument surveiller son alimentation. Une étude scientifique le prouve grandement (source).

Les experts déconseillent notamment la consommation de charcuterie, de poissons gras… et de certains légumes, comme les asperges. Mais qu’en est-il des endives, justement ?

Les endives : est-ce bon en cas d’hyperuricémie ?

L’endive semble tout à fait compatible avec un régime « anti-goutte ». On peut donner plusieurs raisons à cela :

  • Ce légume contient des fibres (source), qui supposent généralement un bon transit et une meilleure évacuation des déchets, dont l’acide urique. Ce serait un argument peu convaincant présenté tout seul, mais couplé aux autres bienfaits, c’est un atout intéressant.
  • Nos sources ne sont pas très bavardes à ce sujet, mais il semblerait que l’endive ne contienne pas de purine, ou alors si peu que cela n’aura pas d’incidence sur le taux d’acide urique.
  • Manger des endives permettrait d’aider le système digestif dans sa gestion du fructose, qui selon une mécanique un peu complexe a de quoi favoriser l’augmentation de l’acide urique. Nous aborderons ce point dans le prochain titre.

Comme on le voit, toutes les conditions sont réunies.

Cela ne veut évidemment pas dire que vous devez faire une diète uniquement composée d’endives : nous vous conseillons toujours une alimentation variée et équilibrée. Mais il n’y a pas de craintes particulières à avoir concernant ce légume si on souffre de goutte.

L’endive serait-elle particulièrement indiquée pour réguler le taux d’acide urique ?

Bien loin d’être déconseillée en cas d’excès d’acide urique dans le sang, l’endive pourrait même jouer un rôle positif grâce à certaines de ses propriétés. Une étude en particulier a débouché sur une conclusion étonnante. Notre légume pourrait freiner l’action du GLUT9, un transporteur qui fait circuler le glucose dans le corps.

À ce stade, vous vous demandez peut-être quel lien il est possible d’établir avec la goutte. Il faut comprendre que le corps est une machine complexe.

Les organes ne fonctionnent pas dans leur coin en espérant que les autres fassent leur travail. Bien au contraire, le nombre d’échanges, de régulations, de compensations qui s’activent en permanence sont étourdissants.

En l’occurrence, la protéine GLUT9 participe à l’enrichissement du rein en glucose. En ralentissant son travail, les composants de l’endive vont, par truchement, amoindrir la sécrétion d’acide urique… dont le rein est responsable.

Vous nous suivez toujours ? Découvrons le bilan.

L’endive et l’acide urique : notre bilan

Nos explications peuvent paraître barbares, mais nous tenons à être précis et concrets. Si vous ne désirez pas en savoir davantage sur le GLUT9 et autres réjouissances techniques, retenez au moins une chose : l’endive est une alliée intéressante pour les problèmes de goutte. 

Bien sûr, il reste important de consulter un spécialiste si votre taux d’acide urique est trop élevé. Nos conseils ne peuvent pas remplacer un suivi médical.

Aussi, chaque corps réagit de manière différente et il est important de jauger l’impact que peuvent avoir certains aliments sur votre santé, indépendamment des généralités observées par les experts en la matière.

Mais parce qu’elle contient des fibres, parce qu’elle est pauvre en purines et globalement saine pour le corps, l’endive, cette denrée à l’amertume particulière devrait pouvoir être ingérée sans remords.

Cela en dit long… pardon, cela endive long sur l’importance des légumes dans un régime sain !

Vous aimez notre contenu ? Recevez notre newsletter :

Tenez-vous informés ! Nous nous ferons un plaisir d’alimenter votre boîte mail de conseils sur la santé et le bien-être, fondés sur la recherche scientifique.

Votre vie privée est importante pour nous. Vos informations ne seront jamais partagées ni vendues à des tiers.