aliments-interdits-pour-insuffisance-renale

11 aliments interdits en cas d’insuffisance rénale

Il est normal de se demander quels aliments sont interdits en cas d’insuffisance rénale. En effet, cette maladie ne doit pas être prise à la légère. Elle peut vite mener à des complications importantes, puisque les reins sont chargés d’éliminer de nombreux déchets circulant dans le sang.

Mais alors, quelles sont les denrées déconseillées par les diététiciens ? Pourquoi faut-il en éviter la consommation ?

Soucieux de vous donner des conseils avisés, nous avons mené une fois de plus notre enquête. Nous nous basons sur des sources reconnues, en nous efforçant de croiser les informations pour éviter de nous en tenir à une seule et même théorisation.

Quoi qu’il en soit, les informations à venir ne remplacent pas le diagnostic d’un médecin. Il est important de consulter un spécialiste si vous avez des problèmes rénaux ou que vous craignez d’en développer.

Cela dit, il est toujours intéressant de se créer des repères. De connaître au mieux les compatibilités diététiques. Voici donc notre liste des aliments à éviter en cas d’insuffisance rénale.

1. Les bananes

Même si c’est un fruit très apprécié et bon pour la santé dans de nombreuses situations… on ne peut que vous le déconseiller en cas d’insuffisance rénale.

La raison est assez simple : ce fruit est trop riche en potassium (source). Notons bien que si les reins d’un individu sont en bonne santé, le problème ne se pose plus.

Mais si leur fonctionnement est compromis, un excès de potassium peut conduire à ce qu’on appelle l’hyperkaliémie (source). Les complications s’avèrent alors graves dans certains cas.

Malheureusement, le même constat s’effectue pour de nombreux fruits exotiques. C’est pourquoi nous vous encourageons à consulter un expert pour savoir si, dans votre situation, la denrée est toujours recommandée.

2. Les chips et les biscuits apéritifs

Les chips et biscuits apéritifs apparaissent rarement au top d’un classement nutritionnel.

Et quand il s’agit des reins, le constat reste le même. Pour comprendre la raison, il faut savoir que ces aliments sont souvent très salés.

Le sel et les maladies rénales ne font pas bon ménage (source).

Il est donc plus sage de renoncer aux pommes nature à l’ancienne ou aux mini-bretzels dans le cadre d’un régime alimentaire adapté aux problèmes d’insuffisance au niveau de ces organes.

3. La tomate

La tomate est un légume (oui, un fruit, mais dans le domaine alimentaire on peut l’intégrer à cette catégorie !) particulièrement riche en potassium, comme on peut le voir ici.

Malheureusement, comme dans le cas de la banane, cela en fait une denrée déconseillée en cas de problèmes rénaux.

Même si, après une recherche assez poussée, nous avons constaté qu’elle n’était pas si négative en cas d’insuffisance rénale. Notre article « la tomate : peut-on en manger en cas d’insuffisance rénale ?« .

4. L’avocat

Nous ne pourrons pas prendre la défense de l’avocat quand il s’agit d’insuffisance rénale.

Là encore, il accuse une trop forte teneur en potassium (source).

5. Les produits laitiers

Les produits laitiers sont souvent considérés comme bons pour la santé. En cas d’insuffisance rénale cependant, plusieurs problèmes peuvent se poser :

  • Encore une fois, le taux plutôt élevé de potassium s’avère problématique.
  • Dans un autre registre, les protéines naturellement présentes dans les produits laitiers peuvent se retrouver en excès dans le sang lorsque quelqu’un a des problèmes liés aux reins.
  • Il faut aussi se méfier de leur teneur en phosphore.

Le saviez-vous ?

Bonne nouvelle ! Ceux qui aiment vraiment les produits laitiers peuvent trouver des alternatives intéressantes. Le lait d’amande ou le lait au riz (à ne pas confondre avec le… riz au lait) contiennent beaucoup moins de phosphore, de potassium et de protéines que le lait de vache.

6. Les viandes transformées

Par essence, les viandes transformées (bacon, saucisses, pepperoni…) ne sont pas particulièrement bonnes pour la santé, comme les scientifiques de cette étude l’expliquent.

Concernant l’insuffisance rénale, certains problèmes se posent :

  • Ces viandes particulières sont trop riches en protéines. Le problème devient alors le même que face aux produits laitiers : un excès peut se nicher dans le sang, entraînant des complications.
  • Au même titre que les biscuits apéritifs et autres réjouissances caloriques, les viandes transformées sont trop riches en sel. Là encore, c’est le genre de débordements à éviter quand on souffre de complications rénales.
  • Et on n’échappe pas à la question du sodium… qui est présent, lui aussi, en quantité trop élevée dans les viandes transformées.

Bon à savoir

Ce que nous venons d’expliquer ne signifie pas que la viande en général soit strictement “interdite” dans le cadre d’un régime alimentaire adapté aux problèmes d’insuffisance rénale. Ce sont les viandes transformées qui posent vraiment problème. Attention, dans tous les cas, à ne pas trop saler les viandes “classiques”, et à mesurer les quantités puisque ces denrées restent riches en protéines.

7. Les abricots

Rien de très original concernant les abricots. Tout comme c’est le cas d’autres aliments présentés jusqu’ici (bananes, avocat, viande transformée…), c’est leur teneur en potassium qui rend l’ingestion déconseillée en cas d’insuffisance rénale.

Les abricots secs sont encore plus riches en potassium ! Il est conseillé d’éviter complètement ces fruits secs, car leur teneur en potassium est de 1400 mg pour 100 g (source).

8. Les aliments en conserve

Oui, les aliments en conserve peuvent apparaître comme une solution pratique. Comme leur nom l’indique, ils permettent de garder les aliments de côté longtemps.

Ceux qui n’aiment pas trop faire la cuisine y voient aussi une occasion de manger rapidement, sans devoir s’acharner aux fourneaux.

Malheureusement, en cas de problèmes de santé liés aux reins, consommer ces denrées en boîte n’est pas conseillé.

Cette fois, c’est la trop grande quantité de sodium qui pose problème. De grandes quantités de sel sont parfois utilisées à des fins de préservation.

Et cela n’est pas vraiment compatible avec des difficultés liées à nos deux organes filtrants, comme l’expliquent les rédacteurs de ce travail de recherche.

Le saviez-vous ?

Il convient de se montrer nuancé concernant la teneur en sel des aliments contenus dans les boîtes de conserve. Cela dépend de nombreux facteurs et des choix faits à la fabrication. Nous vous invitons à consulter les indications nutritionnelles données systématiquement sur les boîtes.

Attention : Les industriels n’indiquent pas forcément la teneur en sel, mais en sodium, il faut donc vous méfier. Multiplier la quantité de sodium par 2.5 si vous voulez obtenir la quantité de sel (source).

9. Le riz brun

Ceux qui souffrent d’insuffisance rénale devraient se tourner plus volontiers vers le riz blanc, et donc le plus classique, que vers le riz brun.

En effet, le riz brun présente deux problèmes majeurs : il est trop riche en phosphore et en potassium (source).

10. Les oranges et le jus d’orange

Oui, les oranges sont gorgées de vitamine C, et c’est une bonne chose.

Malheureusement, dans le cadre de problèmes liés aux reins, il faudrait éviter ou limiter drastiquement la consommation de ce fruit.

Encore une fois, c’est sa teneur en potassium qui pose problème (source). Sous forme de jus, la concentration noircit encore un peu le tableau.

C’est pourquoi nous vous conseillons d’autres jus, plus adaptés aux difficultés d’insuffisance rénale :

  • Le jus de pomme
  • Le jus de raisin
  • Le jus de canneberge

Ces fruits peuvent aussi être consommés sous leur forme “naturelle”. Attention, cependant : les raisins secs sont déconseillés. La manière dont ils sont traités entraîne une forte concentration du potassium.

11. Les cornichons et les olives

Les cornichons et les olives ont souvent une jolie place sur la table pour l’apéritif.

Malheureusement, ils sont déconseillés en cas d’affliction liée au filtrage urinaire. Cette fois, c’est le sodium qui pose problème (source).

Vous pourriez aussi aimer lire…

Les aliments à éviter en cas d’insuffisance rénale : quelques précisions, nuances, et bilan

Nous venons de vous présenter plusieurs aliments déconseillés en cas d’insuffisance rénale.

Mais afin d’observer notre rigueur scientifique et méthodologique habituelle, nous tenons à apporter quelques précisions et nuances :

  • Chaque corps a ses particularités dans la manière dont il assimile les aliments ingérés. Certains individus souffrant d’insuffisance rénale pourraient avoir du mal à supporter le moindre cornichon. D’autres, au contraire, pourront en manger de petites quantités.
  • Le sodium, le potassium et le phosphore sont généralement contre-indiqués dans le cadre d’un problème aux reins. Ceci dit, ils ont tous un rôle à jouer dans l’entretien du corps. Dès lors, nous vous conseillons de consulter un spécialiste qui saura vous guider dans la mesure des quantités. Peut-être vous permettra-t-il de faire quelques exceptions, pour éviter les carences sans mettre les reins en danger.
  • La liste que nous vous proposons n’est pas exhaustive. Nous avons retenu les aliments qui reviennent souvent. N’hésitez pas à vous renseigner sur la quantité de sodium, de phosphore et de potassium contenus dans les denrées que vous consommez. 
  • D’une marque à l’autre, certaines informations nutritionnelles peuvent varier considérablement. Les chiffres que nous vous donnons correspondent à des moyennes. Aussi, attention à ce que vous rajoutez sur vos plats. Par exemple, si vous choisissez un aliment très pauvre en sodium mais que vous le recouvrez de sel… nous ne garantissons pas la pertinence de la démarche !
  • Dans certains cas, il ne s’agira pas de supprimer totalement les aliments de la liste, mais d’en réduire vraiment les quantités. En effet, comme souvent – pour ne pas dire toujours – ce sont les excès qui provoquent des problèmes importants. En ingérant des rations raisonnables, on peut apporter à son corps quelques nutriments intéressants tout en gérant les frustrations.

Dans tous les cas, l’alimentation n’a rien de binaire. Au contraire, c’est un domaine complexe, qui demande souvent de “jongler” entre les aliments.

L’important, c’est de rester à l’écoute de son corps, de manger équilibré et de varier son alimentation.

Les problèmes d’insuffisance rénale sont à prendre au sérieux. Mais ils ne doivent pas être la source d’autres problèmes parce que vous négligez vos apports par ailleurs.

Nous espérons dans tous les cas avoir répondu à certaines de vos questions, et nous vous souhaitons une excellente santé !

Vous aimez notre contenu ? Recevez notre newsletter :

Tenez-vous informés ! Nous nous ferons un plaisir d’alimenter votre boîte mail de conseils sur la santé et le bien-être, fondés sur la recherche scientifique.

Votre vie privée est importante pour nous. Vos informations ne seront jamais partagées ni vendues à des tiers.

Les 5 meilleures tisanes pour dormir