foie-et-anxiete

Stress, anxiété, angoisse… quel rapport avec le foie ?

Dans cet article, nous allons répondre aux questions les plus récurrentes sur l’anxiété et le foie. Être particulièrement stressé et angoissé peut-il provoquer des problèmes hépatiques ?

Au contraire, lorsque cet organe dysfonctionne, arrive-t-il que cela se répercute sur cet organe important ?

Comme à chaque foie… heu, fois, nous avons interrogé nos meilleures sources, et sommes prêts à vous en révéler le fascinant contenu.

Soyons clairs : oui, le stress, l’anxiété et l’angoisse ont un lien scientifique avec le foie. Et les corrélations s’avèrent plutôt nombreuses. La plus étonnante est sans doute l’encéphalopathie. Cette maladie résulte d’une incapacité du foie à neutraliser les toxines, qui remontent au cerveau et l’empêchent de faire son travail correctement.

Le contraire est vrai aussi, mais pour des raisons moins précises. L’angoisse a un impact sur le foie pour des raisons psychosomatiques, et il n’est pas toujours facile de distinguer le lien de cause à effet.

Tout cela demande plus d’explications. C’est pourquoi nous allons vous offrir plus de détails.

Découvrez dans quelle mesure les maladies hépatiques sont susceptibles d’impacter votre moral.

Nous utiliserons les termes “stress”, “angoisse” et “anxiété” à égale valeur ; cela dit, évidemment, nous connaissons les nuances. Il s’agit simplement de se concentrer sur les impacts psychologiques, en l’occurrence, sans entrer dans les détails.

Les problèmes au foie : ces effets sur le cerveau que peu de personnes connaissent

Avez-vous souvent entendu quelqu’un dire : “Cette personne va mal, c’est sans doute à cause de son foie” ? Sans doute que non.

Et c’est assez normal : on néglige souvent le rôle essentiel de cet organe. Dès lors, son incidence sur l’état psychologique d’une personne est relativement peu connue.

Pourtant, plusieurs expériences ont conduit les spécialistes à prouver qu’un foie en mauvaise santé pouvait amplifier notre propension à l’angoisse.

Voici quelques éléments à connaître de prime abord :

  • Bien que la connexion ne se fasse pas instinctivement parmi la population… le problème n’est pas si rare que ça. En tout cas, de nombreux patients souffrant de la maladie du foie non alcoolique manifestent des troubles d’ordre psychologique (source).
  • Il n’y a pas un seul et même modèle de conséquence sur le plan psychique. Certains malades seront simplement moins motivés, auront des idées plus sombres. D’autres iront jusqu’à perdre le sens des réalités, au moins en partie, flirtant avec une forme de démence générée par l’anxiété (source).
  • Consulter un médecin est indispensable. Seul un expert pourra vous donner des conseils pour limiter les dégâts, sur le plan physique comme sur le plan psychologique.

Parmi les maladies les plus représentatives du lien qui se tisse parfois entre l’angoisse et l’état du foie, il y a ce qu’on appelle l’encéphalopathie. Voici ce que vous devez savoir à ce sujet.

L’encéphalopathie : quand les problèmes de foie impactent le psychisme

Il est arrivé que certains patients attendent un long moment avant de réaliser que leurs problèmes psychologiques (stress, anxiété, angoisse voire dépression) venaient d’un dysfonctionnement hépatique.

Nous ne vous encourageons évidemment pas à faire vérifier l’état de cet organe au moindre coup de blues. Mais en cas de persistance, c’est une piste à ne pas négliger – et dont vous pouvez parler à votre médecin par exemple.

Pour ceux qui se demandent comment le foie est susceptible d’altérer notre psychisme, il faut comprendre que cet organe contribue grandement à la détoxification de notre machine anatomique (source). Il garantit la neutralisation de certaines toxines.

Dès lors, si son fonctionnement est mis à mal, certaines de ces toxines risquent d’endommager la zone cérébrale. On pourrait presque parler “d’empoisonnement” pour schématiser ce phénomène.

Certains témoignages évoquent la dimension insidieuse de cette corrélation ; autrement dit, trop souvent, les malades réalisent tard que le problème vient d’une maladie hépatique.

C’est pourquoi il nous semble important de vous livrer une liste des signes qui annoncent, dans certains cas, une malfonction du foie.

Problèmes au foie : ces signes à considérer

Avant toute chose, il faut préciser que les signes listés ci-dessous ne sont pas forcément révélateurs d’une perturbation hépatique. Mais c’est ce qu’un check-up médical pourrait révéler.

Voici donc les manifestations d’un dysfonctionnement du foie :

  • Une fatigue particulièrement prononcée.
  • Des troubles digestifs répétés.
  • Une peau qui change de couleur, particulièrement si elle devient plus jaune. La jaunisse, justement, résulte d’une difficulté du foie à éliminer correctement les toxines (source).
  • Une urine de couleur plus foncée.
  • Des changements d’humeur intempestifs, voire un état dépressif.

Le dernier point a évidemment un lien avec la question qui nous préoccupe ainsi. En effet, l’angoisse, l’anxiété et le stress sont parfois synonymes d’un dérèglement hépatique.

Et justement, c’est si ces troubles psychiques sont conjugués à d’autres facteurs cités ci-dessus (couleur de la peau qui change, couleur de l’urine…) qu’il convient vraiment de soupçonner un problème au foie.

Mais alors, est-ce que les problèmes psychologiques, eux, risquent de compromettre le fonctionnement de cet organe ?

Les conséquences du stress, de l’anxiété et de l’angoisse sur le foie : une zone grise ?

Il est difficile de dire à quel point les problèmes au niveau psychique sont en mesure de provoquer des problèmes au foie. En réalité, c’est rarement la cause unique, mais plutôt un facteur aggravant.

C’est pourquoi certains spécialistes préconisent un travail sur le mental en cas de troubles hépatiques (source).

Un bien-être mental peut permettre au patient de sortir d’un certain “cercle vicieux”, où les problèmes psychologiques entretiennent les malfonctions du précieux organe… et inversement.

Il ne faut jamais négliger l’importance de la psycho-somatothérapie, dont la prise en compte résout parfois bien des problèmes.

Il est donc important de savoir se détendre pour ne pas aggraver la situation, voire même pour l’améliorer et vous offrir une vie plus agréable.

Vous pourriez aussi aimer lire…

Prendre soin de votre foie pour rester serein : ce qu’il faut retenir

Les afflictions d’ordre psychologique restent un problème complexe, qui font encore l’objet de nombreuses études. Ce qui est sûr, c’est que notre état mental et le fonctionnement de nos organes se montrent très liés dans certains cas.

Une phase dépressive n’est pas forcément signe d’un dérèglement hépatique. En revanche, si vous constatez d’autres signes typiques, nous vous conseillons de demander un diagnostic.

Ainsi, des solutions complètes vous seront proposées pour soigner cet organe vraiment crucial.

✅ Mon parrain santé n’utilise que des sources de la plus haute qualité. Les informations contenues dans nos articles proviennent de publications qui ont été revues médicalement par des professionnelles de santé. En plus de vérifier les faits, nous veillons à ce que le contenu soit exact, fiable et digne de confiance.

Vous aimez notre contenu ? Recevez notre newsletter :

Tenez-vous informés ! Nous nous ferons un plaisir d’alimenter votre boîte mail de conseils sur la santé et le bien-être, fondés sur la recherche scientifique.

Votre vie privée est importante pour nous. Vos informations ne seront jamais partagées ni vendues à des tiers.

Nos articles qui peuvent aussi vous intéresser :

Aucun article ne correspond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.