banane-et-ferritine

La banane : quelles conséquences sur le taux de ferritine ?

Vous vous demandez peut-être quel lien on peut établir entre le fait de manger une banane et le taux de ferritine circulant dans le sang.

Est-ce que ce fruit, eu égard à ses propriétés, peut augmenter ou diminuer ce taux ? Si oui, pour quelles raisons ?

Toujours soucieux de dénicher les informations les plus précises et les plus fiables, nous avons mené l’enquête pour vous et sommes prêts à en livrer les résultats.

De manière générale, la banane n’est pas interdite dans les cas d’hémochromatose (et donc si le taux de ferritine est trop élevé dans le sang), mais il faut vraiment en modérer la consommation ! En effet, sans être le fruit qui en contient le plus, notre denrée tropicale suppose un certain apport en fer (environ 0,3 mg pour une portion de 100 g). Il paraît donc plus raisonnable d’intégrer la banane à ses repas ou en-cas de temps en temps seulement.

En revanche, en cas d’anémie, la banane est très indiquée.

Nous vous proposons maintenant de découvrir, plus en détails, le résultat de nos recherches sur le lien entre la banane et la ferritine, pour que vous n’ayez plus de (gros) doutes à ce sujet !

Bien sûr, nos remarques et conseils ne remplacent pas ceux d’un médecin ou d’un diététicien agrégé. Mais nous nous basons sur des sources sérieuses, dont nous avons tiré le plus intéressant. C’est parti !

Mieux comprendre la ferritine

Le fer et la ferritine, ce n’est pas exactement la même chose. En effet :

  • La ferritine est une protéine qui « garde » le fer en excès.
  • Le fer est un oligo-élément jouant un rôle essentiel dans l’oxygénation des cellules et des muscles du corps.

Si quelqu’un a un taux trop élevé de ferritine dans le sang, par ricochet une quantité excessive de fer va s’accumuler. Ce phénomène est beaucoup plus rare que l’anémie, qui correspond au contraire à une carence en fer, mais il existe et peut avoir des conséquences importantes ; dans de rares cas mortelles.

L’hémochromatose est une maladie consistant justement en un excès de fer. Pour espérer faire baisser le taux de cet oligo-élément dans le sang, il est important d’en réguler le stockage, en amoindrissant la présence de ferritine dans le corps.

 Des recherches ont été menées pour déterminer les meilleurs régimes alimentaires à adopter en cas d’hémochromatose, comme cette étude qui a mené (notamment) à déterminer le thé comme une boisson indiquée si l’on souhaite endiguer la conservation excessive de fer.

Cela reste un sujet complexe, mais les experts s’accordent de plus en plus sur les denrées à éviter.

La banane : à éviter en cas d’hémochromatose ?

Nous tenons toujours à préciser, chez Mon Parrain Santé, que chaque corps réagit différemment aux ingestions, et qu’une personne ne vivra jamais une maladie de la même manière qu’une autre.

Concernant la consommation de banane en cas d’hémochromatose, nous ne vous invitons pas forcément à bannir ce fruit de votre alimentation, mais il paraît tout à fait raisonnable, voire important, d’en réduire la consommation.

Pourquoi faut-il limiter sa consommation de bananes en cas d’hémochromatose ?

  • Certains rapports, comme celui-ci, comptent parmi leurs conclusions une corrélation entre la vitamine C et le stockage du fer dans le sang. Comme vous le savez sans doute, la banane contient une bonne dose de cette vitamine.
  • La banane ne participe pas particulièrement à l’absorption du fer dans le sang, mais peut être un vecteur de sa fortification (source).
  • Dans certains pays en voie de développement, notre denrée jaune est favorisée pour pallier le manque de fer chez les personnes souffrant de nombreuses carences alimentaires eu égard à leurs conditions de vie (source).

En somme, scientifiquement et diététiquement, notre fruit jaune est régulièrement relié à un apport en fer ou à la stabilisation de son taux.

La banane : bonne en cas de carence en fer (ou anémie) ?

Comme on vient de le mentionner, des carences en fer sont souvent observées dans les populations du Tiers-Monde. La banane est alors volontiers favorisée parce que c’est un fruit peu coûteux et susceptible de constituer un apport suffisant.

Selon une étude, une consommation régulière de notre denrée jaune pourrait même, dans certains cas, suffire à garantir un bon taux de fer dans le sang. Il s’agit en fait de garantir la production d’hémoglobine, et de repousser au mieux le spectre de l’anémie.

En somme : oui, la banane est parfaitement indiquée si l’on manque de fer.

L’importance d’un suivi médical pour limiter la ferritine

Les informations que nous vous avons délivrées jusque là viennent de sources diverses et sont donc fiables, mais ne remplacent pas un avis médical avisé. En fait, la possibilité ou non de manger une banane dépend aussi beaucoup de la gravité de la situation, de « l’état » dans lequel se trouve un patient souffrant d’hémochromatose.

De manière générale, les fruits sont indiqués pour lutter contre la plupart des maladies, et la banane est particulièrement connue pour ses bienfaits. Certes, comme on l’a vu, elle contient du fer.

Mais il s’agit comme toujours de trouver un équilibre entre les frustrations et les privations. L’exemple peut paraître risible, mais quelqu’un qui adore les bananes et les fruits de mer… aura bien plus intérêt à se couper quelques morceaux du fruit exotique qui ne contient que 0,3mg de fer pour 100g… que d’ingérer une palourde, qui compte pas moins de 2,8mg pour la même portion !

Cela dit, en cas d’hémochromatose avancée, il pourrait être nécessaire de renoncer à toute source de fer, y compris la banane…

La banane et la ferritine : bilan

L’excès de ferritine, et donc un trop grand stockage du fer dans le sang concerne moins de Français que son « contraire » l’anémie, mais certaines personnes y sont exposées et doivent adapter leur régime alimentaire.

Dans tous les cas, il convient de varier ses menus, et d’être accompagné par un médecin et/ou diététicien agrégé.

Concernant la banane plus précisément, nous sommes certains d’une chose : il ne faut pas en manger souvent si l’on a des problèmes d’hémochromatose. Cependant, selon les cas, elle peut constituer une source moins problématique de fer que d’autres aliments, et n’a pas été citée comme favorisant excessivement le stockage de cet oligo-élément dans le sang.

Nous ne pouvons que vous inviter à la mesure, pour une santé de fer… mais avec moins de fer !

Vous aimez notre contenu ? Recevez notre newsletter :

Tenez-vous informés ! Nous nous ferons un plaisir d’alimenter votre boîte mail de conseils sur la santé et le bien-être, fondés sur la recherche scientifique.

Votre vie privée est importante pour nous. Vos informations ne seront jamais partagées ni vendues à des tiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *